Le classique : notre rouleau de fascia STANDARD
Standards de qualité élevés Standards de qualité élevés
Retour prolongé de 90 jours Retour prolongé de 90 jours
Plus d'un million de clients conquis Plus d'un million de clients conquis
Faszienjpg
Fascia 5 min temps

Que sont les fascias ? Explication simple et compréhensible.

publié par Dr. Robert Schleip dans Fascia sur 28 janvier 2021 - mis à jour à 22 mai 2024
Blackroll Expertenvideo Robert Schleip 00 00 11 17 Standbild001
Dr. Robert Schleip

Tu as certainement déjà entendu parler des fascias, ce fascinant tissu conjonctif. Depuis quelque temps, on en parle souvent et on commente. Mais tu n’as pas encore bien compris comment ce tissu est constitué et quelles sont ses fonctions importantes ? Nous te faisons découvrir la fascination des fascias de manière simple et compréhensible.

Une chose est sûre : les fascias jouent un rôle important pour ta santé et ton bien-être. Composés d’élastine, de fibres de collagène, de cellules de tissu conjonctif ainsi que de liquide, ils relient toutes les structures entre elles et forment un immense réseau qui maintient les muscles et les organes dans la bonne position et qui s’étend de la surface à la profondeur de tout ton corps. Ainsi, ils maintiennent ton corps ensemble et tous les organes à leur place.

Selon le célèbre chercheur sur les fascias Robert Schleip, le poids moyen des fascias chez l’homme est de 18 à 23 kilos.

Tu en sauras plus sur ce sujet dans cet article.

01. Comment tout a commencé avec les fascias

Pendant longtemps, la science et la médecine n’ont pas accordé une grande importance aux fascias. Ils ont été considérés comme des tissus non pertinents enveloppant le corps. On a utilisé les fascia uniquement dans les traitements de certaines formes de thérapies naturelles, comme l’ostéopathie, sans être conscients de leur structure exacte. Dans la plupart des études anatomiques, les fascias ont simplement été retirés pour accéder aux organes plus intéressants à l’époque, situés plus en profondeur tels que les os, les nerfs et les vaisseaux.

Ce n’est qu’il y a quelques années que les choses ont changé. Les scientifiques se sont de plus en plus penchés sur les fascias et ont ainsi appris à connaître leur importance particulière. En 2007, le premier congrès sur la recherche sur les fascias a eu lieu à Boston, où des experts du monde entier ont échangé pour la première fois sur leurs découvertes. En Allemagne, Robert Schleip est l’un des principaux experts en matière de fascias.

Même si les fascias n’ont pas encore été étudiés en profondeur à ce jour, ils sont considérés comme une structure très importante du corps. Ils ont de nombreuses fonctions et peuvent être à l’origine de douleurs et de troubles fonctionnels.

02. Les fascias expliqués simplement

Le terme fascia est dérivé du mot latin « fascia », qui se traduit par ruban, faisceau, bande ou bandage.

Les fascias traversent tout le corps humain jusqu’aux régions les plus profondes. Ils sont considérés comme un réseau tridimensionnel enveloppant et reliant à mailles fines et résistantes. Tous les fascias sont, d’une certaine manière, interdépendants.

Ainsi, les fascias stabilisent le corps dans les positions de maintien statiques et les mouvements dynamiques par rapport à la gravité, que l’on soit debout, assis ou couché. Ils conservent leur forme à tout moment et maintiennent tous les organes en place.

Cela peut s’expliquer par le modèle de tenségrité utilisé en architecture. Dans ce modèle, les éléments solides sont maintenus et stabilisés uniquement par l’équilibre des forces de tension. Si l’on prend l’exemple du corps, les éléments solides représentent les os, qui flottent quasiment librement dans le réseau de fascias sous tension.

Modèle de tenségrité
Modèle de tenségrité

Cela peut s’expliquer par le modèle de tenségrité utilisé en architecture. Dans ce modèle, les éléments solides sont maintenus et stabilisés uniquement par l’équilibre des forces de tension. Si l’on prend l’exemple du corps, les éléments solides représentent les os, qui flottent quasiment librement dans le réseau de fascias sous tension.

Le fascias pamplemousse
Pamplemousse coupé en tranches

Dans un morceau de viande crue, les fascias sont les peaux blanches qui l’entourent et la pénètrent. On les reconnaît de la même manière chez les plantes, comme l’orange et le pamplemousse. Ici aussi, les peaux forment et séparent la pulpe.

03. Les fascias – un tissu conjonctif particulier

L’anatomie des fascias est similaire à celle des autres tissus conjonctifs. Les fascias sont fondamentalement constitués de cellules et de ce qui les entoure, la matrice extracellulaire. Dans son état physiologique, la matrice extracellulaire retient une grande quantité de liquide, ce qui est très important pour sa fonction principale dans le muscle, à savoir la mobilité. Cela permet au tissu musculaire de rester souple et aux différentes fibres musculaires de bien glisser les unes le long des autres.

Le fascia est principalement composé de deux types de protéines : les fibres de collagène ayant une épaisseur de 2 à 20 µm et conférant au tissu une grande résistance à la traction. Elles ne peuvent pratiquement pas être étirées. Les fibres élastiques, en revanche, n’ont qu’une épaisseur d’environ 2 µm et présentent une forte extensibilité. Elles peuvent atteindre jusqu’au double de leur longueur. Selon le mélange, cela confère au tissu fascial une plus grande stabilité ou une plus grande flexibilité.

L’ensemble du fascia peut atteindre 3 millimètres d’épaisseur, par exemple le fascia thoracolumbalis au niveau du dos ou le tractus iliotibial à l’extérieur de la cuisse. Ce dernier est une sorte de renforcement du fascia latéral de la cuisse, le fascia lata.

04. Les trois couches de fascias

Les fascias du corps sont divisés en trois couches : la couche superficielle, la couche profonde et la couche viscérale.

La couche superficielle

La couche superficielle fasciale se trouve juste sous la peau et se compose d’un réseau dense de fibres élastiques. Il est ainsi très extensible, comme cela est nécessaire par exemple en cas de prise de poids ou de grossesse. La couche superficielle entoure l’ensemble du corps et sert ainsi de « système de communication ». Elle est traversée par des vaisseaux lymphatiques et sanguins ainsi que par des voies nerveuses et des glandes. En outre, elle joue un certain rôle de tampon et d’amortisseur.

La couche profonde

La couche profonde fasciale entoure et pénètre les muscles, les tendons, les ligaments, les os, les articulations, les voies nerveuses et les vaisseaux sanguins. Elle a une teneur élevée en fibres de collagène. Cela signifie que, par rapport à la couche superficielle, elle est particulièrement résistante à la traction et peu extensible.

Les différents fascias, comme ceux des muscles par exemple, ont des noms distincts :

  • Epimysium : il enveloppe l’ensemble du muscle
  • Périmysium : il enveloppe des faisceaux individuels de fibres musculaires
  • Endomysium : il enveloppe les fibres musculaires individuelles

La couche profonde possède de nombreux récepteurs spécialisés dans certains stimuli. Et ce, bien plus que la musculature, par exemple. Cela fait du réseau de fascias le plus grand organe sensoriel de l’être humain.

Les fascias

La couche viscérale

La couche viscérale fasciale sert à la suspension et à l’enrobage des organes internes. Comme la couche profonde, elle est également moins extensible que la couche superficielle, car pour stabiliser les organes, leur tension doit rester pratiquement constante. La couche viscérale entoure par exemple le cerveau et la moelle épinière avec les méninges, le cœur avec le péricarde et les poumons avec la plèvre.

2021 01 Graphiques Graphiques des fascias Couches de peau o T WEB

05. Le fascia comme organe sensoriel

Les fascias contiennent un nombre extrêmement élevé de récepteurs qui captent différentes informations et les transmettent au système nerveux central. Avant cette découverte, la peau était considérée comme le plus grand organe sensoriel de l’homme. Ceci est désormais attribué par les experts au réseau des fascias.

Les différents récepteurs portent des noms distincts en raison de leur spécialisation :

  • Nocicepteurs : ils enregistrent une lésion tissulaire potentielle ou réelle. En fonction de plusieurs facteurs, leur activation dans le cerveau permet de percevoir la douleur.
  • Propriocepteurs : ils contribuent à la perception et à la coordination des positions et des mouvements corporels conscients et inconscients.
  • Mécanorécepteurs : ils permettent par exemple de percevoir les stimuli de pression, de traction et de vibration.
  • Chimiorécepteurs : ils détectent les modifications du milieu chimique, comme c’est le cas par exemple en cas d’inflammation.
  • Thermorécepteurs : ils permettent de ressentir les variations de température dans les tissus.

On attribue aux fascias une fonction de mémoire émotionnelle. Cela signifie qu’ils peuvent stocker des expériences vécues dont la douleur fait partie. En conséquence, le fascia peut se raccourcir et s’agglutiner.

06. Les fascias – comme un muscle

Tout comme un muscle, les fascias de la couche profonde peuvent se contracter activement. Cette fonction particulière leur est conférée par de petites cellules en forme d’étoile, les myofibroblastes.

Cela est notamment important pour maintenir durablement la stabilité du corps. Toutefois, si cette augmentation de la tension se produit de manière constante pendant des jours ou des mois, le tissu fascial subit une altération. Cela peut entraîner une augmentation générale de la rigidité des tissus et avoir une influence déterminante sur la mobilité des articulations, par exemple. Un stress mental prolongé, un surmenage permanent ou l’alimentation peuvent par exemple en être la cause.

Les fascias real

07. Les fascias – comme un tendon

Tout comme les tendons, les fascias ont pour fonction de stocker et de libérer de l’énergie à court terme. En fait, les tendons sont aujourd’hui considérés comme des fascias. Ils agissent comme un système de ressort qui aide à réaliser certaines activités comme le saut et le sprint de manière plus économique, c’est-à-dire avec moins d’effort musculaire. Chez les kangourous, par exemple, cela leur permet de sauter plus haut et plus loin que ce que leur seule musculature leur permettrait. De plus, les fascias participent à la transmission des forces des muscles aux os.

08. Reste en mouvement

Le manque d’exercice peut conduire à ce que tes fascias s’agglutinent ou deviennent moins élastiques, ce qui peut entraîner des douleurs et des restrictions. Grâce à un entraînement ciblé des fascias, tu peux favoriser la flexibilité et la force de tes fascias, ce qui a un effet positif sur le fonctionnement de différents organes et sur ta mobilité générale.

Attrape ton rouleau pour fascias et commence à t’entraîner dès aujourd’hui pour éviter des problèmes de mobilité. Nous te souhaitons beaucoup de plaisir !